« J’en ai connu des personnes gentilles, mais comme elle, jamais ! »

Ce que vous avez pris comme un compliment lorsque cet homme a dit ça de vous, ressort aujourd’hui comme une tare évidente. « Gentille », le cœur de votre histoire est bien là : humilité, manque de confiance en soi, peur de décevoir, envie d’être appréciée, diplomatie … tout ce qui vous caractérise et fait de vous la jeune femme si drôle, souriante et d’humeur égale. Vos amis, vos voisins vous apprécient et avec eux vous vous sentez comme un poisson dans l'eau … Mais au travail, l'atmosphère est moins agréable : vous avez compris que dans un monde de requins, le rigolo petit poisson bulle se fait toujours bouffer.

Hier, lors de votre concours, après avoir entendu pour la Xième fois ces caractéristiques de votre personnalité ressortir des tests psychologiques, vous avez été secouée. Et ce matin, vous vous êtes levée avec la rage au ventre : ils vont vous entendre. Aujourd’hui : lorsque vous ne serez pas contente, vous le ferez savoir … n'en déplaise aux sirènes.

Vous vous préparez pour la bataille : tirez vos cheveux en arrière, faites votre chignon (ça vous donne un air plus sévère), enfilez vos bottes de Kill Bill (pas jaune mais presque). Prête au combat, vous arrivez au travail et avancez d’un pas décidé dans le couloir.

Bob, cadre, la cinquantaine bien élimée, ne supporte pas qu’une petite trentenaire débarquant de nulle part puisse lui faire de l’ombre. Alors lorsque votre travail fait ressortir ses incompétences, Bob se décide à bosser et à répondre à ses mails (uniquement parce qu’il se sent en danger). Il prend ainsi un malin plaisir à laisser son autorité vous écraser par écrit, en mettant en copie votre responsable. Et si Bob se permet ça, c’est parce qu’il a bien compris que vous êtes une gentiiiiiiiiiiiiiille fille! Et bien, aujourd’hui, ça ne se passera pas comme ça, c’est la claque sur le museau de trop, vous jetez votre chaise en arrière et vous précipitez dans le bureau de votre responsable.

« (…) qu’il aille faire pipi sur ses agents pour marquer son territoire, ça lui fera du bien ! »

C’est sur ces mots, après une grande tirade, que vous refermez la porte du bureau de votre responsable. Elle est restée là, à vous regarder, la bouche ouverte. Vous venez pour la première fois de vous énerver, de laisser éclater votre rage contre les agissements du requin, qui vous tourne autour, toutes dents sorties, depuis deux mois.

Wouaouuuuuu

Ça y est, vous l’avez fait. Vous voici assise devant votre ordinateur. Fière de vous, d’avoir dit ce que vous pensiez, d’avoir remballé votre éternel « C’est pas grave ». Oui … mais … en y repensant … c’était pas un peu vulgaire tout de même « faire pipi »… et puis c’est devant votre responsable que vous venez de gesticuler comme une folle en vous touchant la tête et en secouant les bras dans tous les sens … que va-t-elle penser de vous ? Ok, elle souriait mais elle vous regardait de manière très étrange lorsque vous êtes sortie.

Et voilà, vous vous sentez honteuse maintenant : la vilaine petite fille vient de faire une grôôsse bêtise et il vaudrait peut être mieux présenter des excuses pour être sûre de ne pas avoir laissé une mauvaise impression (et d’être encore aimée). Pffffff … encore raté. Allez … debout pour les excuses ! Vous allez faire un tour aux toilettes, histoire de vous donner du courage en vous rafraichissant le visage.

C’est là que vous la voyez. Elle est là, face à vous : votre tête de killeuse … En gesticulant et en vous touchant la tête, vous avez fait ressortir deux grandes mèches, se tenant miraculeusement (grâce à la laque du matin) à l’horizontale de chaque côté de vos tempes.

C’était donc pour ça qu’elle avait la bouche ouverte : elle n’avait encore jamais vu un poisson chat. Sûre que vous l’avez impressionné !

« Les requins, ça bouffe aussi les poissons chat ? … »